Eloge de la lenteur

Prenant en compte les limites de l’âge, le pianiste Vladimir Horowitz, décédé à 86 ans, jouait encore jusqu’à ses 80 ans. Il laissait cependant de côté les morceaux les plus exigeants.
Et quand il se produisait, il jouait les morceaux lents d’abord et ensuite les plus rapides, par contraste ils apparaissaient beaucoup plus rapides.
« C’est une manière maligne de prendre la vie, au lieu de se stresser pour faire son maximum, on peut optimiser son savoir ».
dit Kennedy Dr Gary Kennedy, directeur de la psychiatrie gériatrique au Montefiore Medical Center de New York