Des mots et des maux

En parcourant l’excellent site de l’observatoire de l’âgisme, un débat sur l’importance et le poids des mots fait réfléchir. Jean-Jacques Amyot, psychosociologue, spécialiste des problèmes des personnes âgées, nous rappelle l’importance de bien choisir ses mots quand on parle de santé. Il explique ainsi que le terme de « fragilité », amené par les gériatres américains n’est pas adapté pour parler d’êtres humains : « On a beaucoup trop tendance, dans le sanitaire ou le médico-social, à ramener des termes de manutention. « Fragile », c’est ce que l’on voit sur un carton. Il faut lui préférer le terme « vulnérable », au moins, on est sûr que l’on a à faire à de la vie. »